« Sabler » ou « sabrer » sont presque deux homonymes dû à leurs prononciations proches.  Prêtant souvent à confusion, les expressions « sabler le champagne » ou « sabrer le champagne », ont pourtant des significations bien distinctes et non interchangeables.

SabRer le champagne

Du temps des guerres napoléennes, les troupes victorieuses, au retour du champ de bataille fêtaient leur triomphe en sabrant le champagne pendant de grandes festivités. L’expression « sabrer le champagne » tient en effet son origine des grands bals organisés en l’honneur de ces soldats. En usant d’une épée que l’on nommait sabre « brique », un officier faisait sauter le bouchon d’une bouteille de champagne laissant gicler le liquide précieux. L’art du sabrage ajoutait toujours une touche spectaculaire aux réjouissances.

Sabrer le champagne se fait toujours de nos jours et remémore la solennité des fêtes d’antan. Sa technique nécessite une certaine habileté et présente d’ailleurs des risques mais avec quelques précautions, cela est tout à fait réalisable. D’abord, il faut choisir une bonne bouteille de champagne, traditionnelle de préférence, puis retirer la cage de fer qui protège le bouchon. La bouteille est ensuite inclinée d’un angle de 45° environ. Au choix, à l’aide d’une dague ou d’un couteau, utiliser le revers de la lame en la faisant glisser le long de la bouteille pour venir frapper le goulot d’un coup sec et rapide. Par mesure de sécurité, il faut s’abstenir de se mettre dans la trajectoire du projectile. La bouteille se brise et le goulot est projeté avec le bouchon.
Le sabrage est un art délicat qui ne doit pas être effectué par un enfant.

Pour apprendre à bien sabrer le Champagne, nous vous recommandons cette vidéo (et beaucoup de prudence)

SabLer le champagne

Cette expression trouve ses origines au siècle des Lumières.  A cette époque, sa signification était toute autre que celle d’aujourd’hui. Le sablage était du vocabulaire utilisé dans la fonderie. On coulait rapidement le métal encore en fusion dans un moule fait en majorité de sable pour créer une pièce de monnaie ou une médaille. De ce fait, sabler le champagne était appliqué à tous les vins et avait pour sens d’engloutir son verre d’alcool d’une traite, on dit « faire cul sec » de nos jours.

De plus, d’antan, le champagne était de qualité assez aléatoire. Pour le rendre plus pétillant et donc plus savoureux, les gens avaient une excellente astuce. Cette dernière consistait à souffler dans le verre pour le recouvrir de buée. Ensuite, on saupoudrait de sucre ses parois avant d’y verser le précieux breuvage. Le champagne entrait alors en effervescence au contact du sucre. Cela le rendait mousseux mais il fallait l’avaler très rapidement pendant qu’il était encore gorgé de fines bulles.

L’expression « sabler le champagne » est toujours d’actualité, mais son sens n’a plus rien en commun avec le sablage de la fonderie, ni avec les verres enduits de sucre. De nos jours, elle signifie tout simplement déguster du champagne à l’occasion d’une fête.